Arc-en-Ciel Théâtre Coopérative d’Education Populaire

Arc-en-ciel Théâtre est un réseau coopératif qui regroupe une dizaine de compagnies qui utilisent toutes dans le même esprit le THÉÂTRE INSTITUTIONNEL, comme méthode d’éducation populaire.

À l’origine du Théâtre Institutionnel : le théâtre-forum. Il est, avec le théâtre image et le théâtre invisible un des outils du Théâtre de l’Opprimé, introduit en France dans les années  80 par le dramaturge Brésilien Augusto Boal. Il s’est considérablement développé comme moyen de prévention, de revendication, d’intervention, tant dans les secteurs associatifs, que ceux de l’éducation et de la formation, qu’auprès des collectivités territoriales et des institutions gouvernementales.

ARC-EN-CIEL THÉÂTRE a fait évoluer cette méthode afin de travailler AVEC les publics et non pour eux. En se basant sur des situations concrètes du quotidien théâtralisées, le groupe réuni  autour d’une question et d’un enjeu, débat des différentes alternatives possibles, et examine les conséquences qui en découlent.

Grâce au théâtre-forum, il transforme l’histoire, prend conscience que tout n’est pas fatalité, teste les effets de son action sur les autres et sur son environnement. Il s’agit pour des citoyens réunis en assemblée de devenir auteurs de leurs parcours, en éprouvant pleinement leur liberté de sujet dans l’espace théâtral.

Le 06 JUIN 2016

Conférence Populaire

   Le même jour, la même question, partout en France

              

                                                     Pour participer veuillez nous contacter aux numéros suivants :

►Toulouse/Figeac/Foix : 06 12 01 91 60

►Montpellier : 06 70 70 51 25

►Paris 13 : 06 13 11 00 55

►Saintes & Bordeaux : 06 72 76 13 45

►Nantes : 06 25 56 50 68

►Marsanne : 06 62 27 36 68

►Cergy : 07 81 52 37 53

►Vazerac : 06 48 75 42 13

►Beauvais : 03 44 39 88 28

Nouveau numéro de Résonnances

C’est dans les années 70 qu’on a commencé à penser que pierre et béton ne suffisaient pas pour habiter la ville. Bien vivre n’est pas simplement une question de confort.

Habitat et Vie Sociale est né, qui fut vite suivi en 1981 par la mise en place de l’emblématique Commission nationale du Développement Social des Quartiers, suite au rapport Dudebout, première fondation de ce qui allait devenir la Politique de la Ville. Au-delà des questions de rénovation, l’axe central de celle-ci devait tourner autour de la question de la participation des habitants, qu’il s’agissait de rechercher, valoriser, d’encourager.

Concentrée à l’origine sur seize sites, elle s’est peu à peu étendue jusqu’à compter 2500 quartiers en 2012. D’importants moyens humains, techniques et financiers ont été investis dans la rénovation urbaine. Beaucoup d’espoir aussi.

Tout devrait donc aller pour le mieux.

L’éducation populaire a sans aucun doute quelque chose à nous dire pour que nous puissions comprendre pourquoi cette politique a été, en réalité, sinon une faillite, tout au moins une grande désillusion.

Avec la contribution de : Ancrages, Vincent Beillard, Sabine Girard, Agnès Hatton, Fernand Karagiannis, Bruno Bourgarel, Jean Bourrieau, Jérémy Chayet, Solène Compingt, Francis Daspe, Gérard Gasselin, Yves Guerre, Marc Hébert-Suffrin, André Jaunay, Marc Lacreuse, Christian Maurel, Nounourse et Amandine Vidal.

En vente 10 € – bon de commande

 


Valid XHTML 1.0 Transitional